bien nourrir votre enfant

Bien nourrir votre enfant : 7 erreurs à ne pas commettre

 

Bien nourrir votre enfant. C’est un de vos objectifs car vous savez qu’une alimentation saine et équilibrée a un impact direct sur sa santé actuelle et future… Et également sur son comportement. Vous connaissez certaines règles de base (comme manger 5 fruits et légumes par jour) mais vous ne savez pas toujours comment les appliquer.

Vous pensez lui donner tous les bons nutriments dont son corps a besoin, mais vous n’en êtes pas certain. Vous vous demandez peut-être comment lui apprendre à bien manger ?

Vous voulez lui apporter le meilleur mais une petite voix au fond de vous se dit que certains éléments peuvent encore être améliorés, que vous faites certainement des erreurs…

Beaucoup de parents sont dans cette situation. Ma petit voix me dit souvent que je peux encore améliorer la qualité des repas de mes enfants, leur proposer des collations encore plus saines et nutritives, etc.

 

Comment ça se passe chez la plupart des parents ?

La petite histoire qui se déroule souvent…

Devenu jeune adulte, vous avez quittez vos parents pour emménager seul ou avec votre conjoint.

Pour apporter une alimentation équilibrée à toute votre famille, vous vous êtes basé, par imitation, sur l’alimentation que vos parents vous donnait. Parce que “s’ils faisaient comme ça, c’est que c’est bien”.

Et pourtant, nos parents n’avaient pas accès à toutes les informations que nous avons actuellement ! Sur quoi se basaient-ils alors ? Les publicités, leurs amis, le “tout le monde en achète alors ça doit être bien” (par exemple les céréales du petit déjeuner) ou sur ce qu’ils pensaient tout simplement être de bons aliments.

C’est comme ça que, même avec une alimentation relativement équilibrée, j’ai grandi avec des les tartines à la confiture  le matin ou des céréales industrielles, des biscuits industriels au goûter , etc.

Et vers 20 ans, j’ai emménagé avec mon conjoint. Quand on cuisinait alors une escalope de dinde panée avec des pommes de terre et de la compote en bocal, on s’estimait contents de nous-mêmes car on mangeait un repas qu’on pensait équilibré. Après tout, notre repas ne se composait pas de chips et de biscuits alors il devait nécessairement être sain !

Au fur et à mesure des années, on s’est quand même amélioré ;-). Surtout, d’après mes souvenirs, lorsque mon aînée a commencé à manger des panades.

Mais même à ce moment-là, je m’en suis rendue compte pas la suite, je commettais encore de nombreuses erreurs !

C’est véritablement lorsque j’ai entamé ma formation de Conseillère en Nutrition certifiée Cerden (Centre Européen pour la Recherche, le Développement et l’Enseignement de la nutrition et de la nutrithérapie) que j’ai compris la véritable importance d’une alimentation saine et équilibrée pour toute ma famille et que je me suis rendue compte de toutes les erreurs que je commettais sans le savoir (et il y en avait beaucoup !).

Je vous partage ici 7 erreurs courantes en alimentation afin que vous puissiez les rectifier si vous les commettez 🙂

A modifier à votre rythme, sans culpabilité et en étant toujours bienveillant avec vous-même. On fait du mieux qu’on peut en tant que parent 😉

 

bien nourrir votre enfant

 

1. Pour bien nourrir mon enfant, je lui donne du poisson

Bravo 🙂

Votre enfant devrait consommer du poisson 2 fois par semaine.

Mais savez-vous qu’il existe différentes sortes de poissons ?

Oui évidemment, allez-vous me répondre, il existe le cabillaud, le saumon, le bar…

Ce que je veux dire, c’est qu’il existe des poissons maigres (cabillaud, …… ) et des poissons gras (saumon, maquereaux, sardines, thon, hareng…).

Ces derniers sont essentiels pour la bonne santé de votre enfant car ils contiennent des oméga 3 : nécessaires pour sa santé physique mais également pour son bien-être mental, sa concentration, sa mémoire, etc.

Retenez : pour bien nourrir votre enfant, mettez des poissons gras au menu !

Astuce : j’ai toujours dans mes placards des conserves de thon, sardines, maquereaux, et dans mon congélateur, du saumon. Ces réserves m’assurent de pouvoir en cuisiner chaque semaine.

 

Quels repas proposer à mon enfant avec les poissons gras ?

  • Les pâtes : un plat que je fais régulièrement : pâtes ou riz, saumon, brocoli (+ d’autres légumes en fonction de ce que j’ai chez moi : épinards, chou-fleur, chou-kale…).
  • Pâtes à la sauce bolognaise. Vous y ajoutez des petits morceaux de sardines (+ des légumes : épinards, chou kale…).
  • Mélange de poissons : achetez différentes sortes de poissons. Vous les coupez en petits morceaux et les mélangez (par exemple 1/3 de cabillaud et 2/3 de saumon) à différents types de légumes coupés en petits morceaux. A faire au wok. Vous pouvez congeler le surplus de poissons.
  • Tapenade de sardine (1 boîte de sardines + 50 g de fromage frais + sel, poivre. Facultatif : ciboulette, échalote…)
  • Thon à la tomate

 

2. Mon enfant a une alimentation équilibrée même s’il ne mange jamais de crudités

Votre enfant mange des légumes cuits et des fruits, c’est déjà super !

Il devrait également consommer quotidiennement des crudités, qui sont excellentes pour la santé.

 

7 raisons de consommer des aliments crus

Conservation des vitamines et minéraux

Les fruits et légumes crus contiennent plus de vitamines et minéraux que s’ils sont cuits. En effet, certains disparaissent lors de la cuisson (d’une part à cause de la chaleur, d’autre part car ils peuvent migrer vers l’eau de cuisson qui n’est pas consommée).

Préservation des enzymes digestives

Les aliments crus conservent leurs enzymes. Celles-ci ont comme rôle d’accélérer des millions de fois les réactions chimiques des organismes vivants au niveau, ici, de la digestion.

Les aliments crus, arrivant dans notre corps avec leurs propres enzymes, sont un peu comme prédigérés. Notre corps doit donc fournir moins d’efforts pour assimiler ces aliments.

Lorsque les aliments sont cuits, leur composition moléculaire évolue et certaines enzymes disparaissent. Pour les digérer, notre organisme doit alors produire plus d’enzymes pour pallier à ce déficit.

PH alcalin

Ils sont très alcalins, donc excellents pour l’équilibre acido-basique du corps de votre enfant. Les crudités compenseront l’effet délétère de la cuisson et des aliments acidifiants consommés.

Souvent, l’alimentation occidentale est trop acidifiante.

Meilleure mastication

Comme ils sont plus croquants, ils demandent une meilleure mastication à votre enfant : bon pour les dents et les gencives, et permet une meilleure assimilation des bons nutriments.

Aliments “pratiques”

Et en plus, pour vous parents, c’est pratique !

Si un soir vous cuisinez un repas qui ne contient pas beaucoup de légumes, les crudités pourront compenser 😉

Votre enfant a faim et le repas n’est pas encore prêt ? Laissez traîner une assiette de crudités sur le plan de travail ou à table.

Si vous passez à table, mettez un bol de crudités sur la table. Votre enfant pourra en manger le temps que vous serviez le repas dans les assiettes ou qu’il refroidisse un peu.

Décoration

Les crudités apportent de la couleur à l’assiette.

Un repas lourd allégé

Les crudités peuvent alléger un repas “lourd” (pâtes, plat en sauce, etc.)

 

bien nourrir votre enfant grâce aux crudités

 

Pourquoi commencer un repas équilibré par des crudités ?

Les crudités préparent la digestion.

En s’associant aux enzymes digestives, les vitamines, minéraux et oligo-éléments augmentent leurs capacités.

Après avoir mangé du cru, l’estomac est plus apte à digérer la suite du repas, en général plus conséquente.

 

Devez-vous acheter vos crudités bio et comment devez-vous les laver ?

Pour en savoir plus, téléchargez gratuitement le chapitre 6 de “Simplifiez-vous la cuisine”

 

3. Je ne mets jamais d’épices et d’herbes aromatiques dans les plats de mon enfant

Vous ne mettez jamais (ou presque) d’épices et d’herbes aromatiques dans les plats de votre enfant.

Un aliment en si petite quantité, est-ce que ça ferait vraiment la différence pour sa santé ?

Oui !

En plus de rehausser le goût, elles possèdent des propriétés antivirales et anti-inflammatoires. Elles renforcent le système immunitaire, améliorent la mémoire, permettent d’avoir un bon transit intestinal, etc.

Persil, basilic, cannelle, coriandre, curcuma (à associer au poivre, car ce dernier permet de libérer la curcumine du curcuma), menthe, thym, etc. sont à utiliser !

Mettez-en au minimum 2 à chaque repas.

Ce point-ci est développé dans le livre que j’ai écrit avec Lucile Baladier : “Simplifiez-vous la cuisine”

Chez moi, à chaque repas, je place 2-3 épices et herbes aromatiques sur la table + des  graines de chia . Chacun se sert et les fait ensuite passer à son voisin. Même mon petit bout de 3 et demi connaît le rituel  🙂

alimentation équilibrée pour les enfants grâce aux herbes aromatiques

 

Comment avoir en tout temps des herbes aromatiques chez vous ?

3 possibilités s’offrent à vous :

  • Les acheter fraîches ou les faire pousser avec votre enfant.
  • Les acheter séchées, déshydratées (1 an de conservation).
  • Les congeler : Ciselez les herbes, mélangez-les à de l’huile d’olive et placez-les dans des bacs à glaçon. Vous en décongèlerez lorsque vous en aurez besoin, en les mettant directement dans votre préparation.

 

Que devez-vous savoir concernant les épices ?

Achetez-les bio et conservez-les dans un endroit sec et sombre 🙂

 

4. Pour que que mon enfant ait les os solides, je lui donne plein de produits laitiers

Vous entendez partout “Votre enfant doit absolument consommer des produits laitiers pour faire le plein de calcium!”

Je ne suis pas “anti produits laitiers”. D’ailleurs, on en consomme régulièrement.

Le tout est d’en consommer avec modération et les bons !

 

Pourquoi ne faut-il pas abuser des produits laitiers ?

  • Les produits laitiers sont acidifiants (j’ai parlé plus haut de l’équilibre acido-basique).
  • En consommant beaucoup de produits laitiers, votre enfant pourrait consommer beaucoup de sucre, surtout s’il mange des produits laitiers “spécial enfant” ou s’il rajoute à chaque fois du sucre dans son yaourt.
  • Le lait contient du calcium mais également du phosphore. Et ce dernier entre directement en compétition avec le calcium (et avec le magnésium). Résultat : ce dernier est moins bien assimilé par le corps. Seulement 30% de la quantité ingérée est assimilée.

 

Quels sont les “bons” produits laitiers ?

  • Les yaourts natures. Evitez les yaourts aux fruits : ils contiennent souvent peu voire pas de fruits (dans ce cas-là, seulement des arômes) et sont sucrés.
  • Les fromages blancs
  • Les fromages “durs” (en petites quantités) : parmesan, gouda, comté, emmenthal …
  • Les fromages de chèvre.

“Mais si je ne donne pas 3 produits laitiers par jour, mon enfant va manquer de calcium!”

 

Comment votre enfant peut-il consommer assez de calcium ?

Votre enfant pourra faire le plein de calcium grâce aux légumineuses, épinards, cerfeuil frais, noix, amandes, …

Concrètement, pour bien nourri votre enfant, partagez l’apport de calcium entre les produits laitiers (cités ci-dessus) et les autres aliments.

 

5. Je fais toujours les mêmes légumes car ce sont ceux-là que mon enfant aime

Vous en avez marre de vous “battre” avec votre enfant à table.

Il aime seulement les concombres, les petits pois et les carottes. Alors, vous lui préparez spécialement ceux-là à chaque repas. Et vous vous dites “Il mange des légumes, donc, c’est ok”. 

Comme je l’ai déjà expliqué dans de précédents articles et dans mon livre “Les 9 secrets pour une alimentation saine”, il est essentiel de varier les fruits et légumes mangés car ils possèdent différents bons nutriments.

Varier les aliments permettra aussi à votre enfant d’en apprécier d’autres !

Comment votre enfant pourra-t-il aimer d’autres légumes s’il ne les goûte pas ?

Un enfant a parfois besoin de goûter 20 fois un aliment pour commencer à l’apprécier ! Alors, faites preuve de persévérance 😉

Souvent, l’enfant aime les aliments qu’il connaît, ça le rassure. Il ne craint pas de mauvaise surprise en le mangeant. Donc, pour apprécier de nouveaux aliments, il doit apprendre à les connaître.

Pour cela, faites les courses avec lui, laissez-le manipuler et cuisiner les aliments, etc, en utilisant ses 5 sens.

Comment bien nourrir son enfant : formation

Et demandez-lui à chaque fois goûter l’aliment en question. Laissez-le l’apprivoiser.

Vous ne savez comment vous y prendre ? Vous vous sentez démuni face aux refus de votre enfant ? j’ai créé, en collaboration avec Lucile Baladier , une formation qui vous permettra, en seulement 6 semaines, de nourrir sainement votre enfant.

Pour en savoir plus, c’est par ici ! 

 

6. Je fais de notre repas une source de tensions

Vous avez mis du coeur à préparer un repas équilibré. Vous le posez sur la table et là, c’est le drame : votre enfant le boude.

Vous voulez absolument que votre enfant le mange. Après tout, vous n’avez pas fait tout ça pour rien. Et puis, pensez au gaspillage !

Résultat : vous sentez l’irritation qui monte, vous vous énervez. Vous insistez pour qu’il mange.

La tension monte et la bonne humeur du repas est gâchée… et votre enfant n’a quand même pas terminé son assiette…

Vous culpabilisez et vous vous dites que vous réagirez autrement au repas suivant.

Partager un repas en famille devrait être source de plaisir, partage, bonne ambiance. Une parenthèse dans la course quotidienne où on se raconte nos histoires, nos journées, nos souhaits, etc.

Mais vous ne savez pas comment faire pour y parvenir…

Evitez de mettre de la pression sur votre enfant et de faire du chantage“Tu n’auras pas de dessert si tu ne termines pas ton assiette!”. 

Cela n’aura aucun effet bénéfique sur son alimentation… et ça pourrait même être le contraire !

Si vous obligez votre enfant à terminer son assiette, il ne sera plus à l’écoute de ses sensations de faim et de satiété. Et il risque de manger davantage que ses besoins, avec comme risque, un surpoids.

Les règles d’or : patience et persévérance.

Comme expliqué précédemment, laissez-le découvrir les aliments, à son rythme.

Téléchargez gratuitement mon ebook “Repas sereins en famille” pour découvrir 66 pages d’astuces !

 

7. Je n’explique pas à mon enfant ce que “bien manger”

Ne vous limitez pas à “Mange tes légumes, c’est bon pour la santé”. Expliquez-lui plutôt quelles sont les différentes catégories d’aliments, leurs rôles, etc.

Pour accepter bien se nourrir, votre enfant doit comprendre.

Pour ça, vous pouvez, par exemple, vous aider :

 

Et maintenant ? Comment, concrètement, bien nourrir votre enfant ?

Pour bien nourrir votre enfant, reprenez les 7 points évoqués ci-dessus et notez sur une feuille les erreurs que vous commettez. Sans culpabiliser !

Vous suivez mon blog pour améliorer l’alimentation de votre enfant et bravo pour ça ! Vous faites partie du peu de parents qui passent à l’action 🙂

Placez cette feuille en évidence (par exemple sur votre frigo).

Choisissez un point que vous allez changer dès cette semaine.

Lorsque ça sera fait, choisissez-en un deuxième, etc.

Jusqu’au moment où vous ne commettrez plus ces 7 erreurs. C’est aussi simple que ça !

Pour vous motiver, vous pouvez écrire dans les commentaires, le premier élément que vous comptez changer dès maintenant.

A vous de jouer !

 

Nath, votre Conseillère en Nutrition

Partager l'article :
  • 20
  • 1
  •  
  •  
  •  
  • 10
  • 31
    Partages

7 Comments

  • Valentine

    Très complet, comme d’habitude. Merci Nathalie 🙂

    Faut-il préciser que les poissons gras ne sont pas des poissons panés à l’huile ?! Ha ha 😀 (mauvaise blague, je sors !)

  • Pierre-Favre

    Super ton astuce de mettre les herbe aromatique dans l’huile et en bac à glaçon !

    Vivement les beaux jours qui reviennent pour remanger les légumes du jardin 🙂

    Perso pour ce qui est de finir son assiette, avec mes enfants : soit c’est eux qui on choisi la quantité et ils terminent, soit c’est moi et ça ce négocie. Et si il n’aime pas l’aliment qui est dans leur assiette ma réponse est invariablement la même “tu as le droit de ne pas aimer, mais c’est le repas”

    • Nathalie Mertens

      Oui, laisser les enfants se servir de la quantité qu’ils souhaitent est une très bonne option pour qu’ils apprennent à gérer les quantités en fonction de leur appétit… en leur spécifiant bien qu’ils doivent manger un aliment de chaque catégorie (légumes, céréales, protéines) 🙂

      • Marion Gautheron

        Oh je note l’astuce de congélation des herbes en bac à glaçon.

        J’utilise beaucoup la méthode des crudités pour faire patienter les enfants avant le repas.

        En même temps mon aîné ne mange pas de légumes cuits… Il faut bien compenser.

        Merci pour ce bel article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.